Vous les avez déjà vus des centaines de fois, mais êtes-vous incollable sur leurs significations ? Après avoir lu cet article, vous remarquerez sans doute sur le terrain que des anomalies existent encore par-ci, par-là. N’hésitez pas à prendre des photos et à nous les envoyer !

Nous avons déjà évoqué le code de la rue dans un précédent article et vous retrouverez ci-dessous également les nouveaux panneaux de 2008.

Voici donc ce que l’on peut trouver auprès de nos pistes :

Panneau B7b : Accès interdit à tous les véhicules à moteur.

On retrouve ce panneau au début de certaines voies vertes ou sur les chemins de halage par exemple.Circulez en toute tranquillité, les moteurs sont exclus de la zone. De temps en temps, une exception pour les riverains peut se retrouver sous le panneau et vous rappelle à une certaine prudence.

 

Panneau B9b : Accès interdit aux cycles.

Ici pas question de prudence, mais juste d’inconscience si vous vous engagez sur cette voie en vélo. Les vélos ne passent pas par ici. Interdiction, circulez, il n’y a rien à voir par là !

 

 

Panneau B9a : Accès interdit aux piétons.

Encore plus restrictif que le précédent, zone interdite aux piétons, rollers, trottinettes… et sans doute les vélos n’y seront pas les bienvenus également, à moins d’une signalétique associée comme ci-dessous.

 

Panneau B22a : Piste ou bande obligatoire pour les cycles sans side-car ou remorque.

Vous le trouverez parfois associé au panneau précédent. Il vous indique la voie ou la piste à emprunter de manière obligatoire. C’est aussi un panneau qui peut poser des problèmes lorsque cette fameuse voie ou piste n’est pas adaptée à la pratique d’un cyclisme de route parce qu’on retrouve sur son trajet d’autres usagers de type piéton, famille, rollers.

 

Panneau B40 : Fin de piste ou bande obligatoire pour cycle.

Fin de la zone obligatoire, vous pouvez revenir sur la route. Souvent, vous n’aurez pas d’autres choix !

 

 

Panneau B22b : Chemin obligatoire pour piétons.

Ce panneau indique une zone réservée et même obligatoire pour les piétons. En l’absence d’autres panneaux, cela veut aussi dire que les autres moyens de déplacement comme le vélo y sont interdits, contrairement au roller qui lui est bienvenu puisqu’il est encore assimilé à un piéton dans le code de la route.

 

Panneau B41 : Fin de chemin obligatoire pour piétons.

La zone d’obligation pour les piétons se termine ici.

 

 

Voilà pour les obligations. Maintenant, amis automobilistes, des panneaux Danger à bien mémoriser !

Panneau A21 : Annonce de cyclistes venant de droite ou de gauche.

Sur les 150 prochains mètres hors des villes, et sur les 50 prochains mètres en agglomération, ne vous étonnez pas de voir déboucher un cycliste de la gauche ou de la droite. Ce panneau vous l’indique. Levez le pied droit !

 

Panneau A13a : proximité d’un endroit fréquenté par les enfants.

Plus respecté que le précédent, il vous informe de la présence d’enfants dans les parages. A noter, ces enfants peuvent aussi revenir de l’école en vélo sur les trottoirs où ils sont autorisés jusqu’à l’âge de 8 ans. Levez encore plus le pied droit !

 

 

 

Maintenant, les panneaux carrés d’indication que vous retrouverez le plus souvent aux abords des pistes :

Panneau C113 – Piste ou bande cyclable conseillée et réservée aux cycles à deux ou trois roues.

Conseillée signifie que c’est sans doute plus prudent pour un cycliste d’y rouler, mais il n’est soumis à aucune obligation. Il peut s’il le souhaite emprunter la chaussée des automobilistes pour, par exemple, rouler à une vitesse plus rapide ou éviter le partage de la piste avec d’autres usagers.

 

Panneau C114 – Fin d’une piste ou d’une bande cyclable conseillée et réservée aux cycles à deux ou trois roues.

Fin de l’itinéraire conseillé. Continuez votre chemin sur un autre type de voie ou faites demi-tour.

 

 

Panneau C115 – Panneau de signalisation d’une Voie verte.

Rappel du terme Voie verte selon le code de la route (article R. 110-2) : route exclusivement réservée à la circulation des véhicules non motorisés, des piétons et des cavaliers. L’article R. 412-7 précise que les conducteurs de véhicules motorisés ne doivent pas circuler sur une voie verte. Quid des riverains parfois ?

Panneau C116 – Fin de signalisation d’une Voie verte.

Fin de la voie verte, la voie s’arrête ou se transforme en un itinéraire moins restrictif telle qu’une véloroute par exemple, où l’on pourra rencontrer à nouveau des véhicules à moteur.

 

Panneau B54 – Entrée d’aire piétonne.

Ce panneau fait suite à l’arrêté du 7 novembre 2008 relatif à la création d’un panneau pour les zones de rencontre et à la modification de la signalisation de l’aire piétonne. Les cyclistes sont autorisés à circuler (sauf disposition différente par arrêté municipal par exemple) à l’allure du pas et sans gêner les piétons. Les rollers en tant que piétons peuvent rouler dans ces aires.

Panneau B55 – Fin d’aire piétonne.

On retrouve souvent ces panneaux dans les quartiers historiques ou les zones commerciales des centre villes.

 

 

Panneau B52 – Entrée d’une zone de rencontre.

Légalisée avec le décret du 30 juillet 2008 , cet espace est un lieu où tous les usagers se « rencontrent » avec une priorité au plus faible, et une vitesse limitée à 20km/h pour tous, quelque soit son mode de propulsion. Cela permet d’étendre des zones accessibles aux piétons, vélos, rollers, en empiétant sur la chaussée des automobiles. Ce panneau est-il déjà bien connu de tous les usagers de la route ?

Panneau B52 – Fin d’une zone de rencontre.

Attention, fin de la zone de rencontre, vous retournez dans la jungle ! Vous pourrez trouver des zones de rencontre dans d’autres pays européens comme la Belgique, la Suisse, et les Pays-Bas sous le nom de « erf ».

 

Panneau C13d – Impasse comportant une issue pour les piétons et les cyclistes.

Si vous êtes un automobiliste, vous ne trouverez rien au bout du chemin, mais à pied ou en vélo, un passage vous permettra de profiter de cet itinéraire moins fréquenté.

 

Panneau C24a – Panneau d’information sur les conditions particulières de circulation.

Selon votre véhicule, vous trouverez des informations sur ce panneau vous indiquant la voie à emprunter. Vous y découvrirez aussi le nombre de voies, et des indications particulières pour les autres voies de la chaussée. Ici, il s’agit d’une double voie, dont une réservée pour les cyclistes.

 

Panneau C24c – Conditions particulières de circulation sur la route ou la voie embranchée.

Ici, par exemple, si vous êtes un vélo, vous pouvez prendre la voie qui se présentera sur votre droite. Et amis automobilistes, cela veut aussi dire que des vélos peuvent surgir de votre gauche à contre sens à la prochaine intersection. Ouvrez l’oeil !

 

 

Panneau C107 : indication d’une route à accès réglementé.

Ce qui veut dire de façon plus claire, pas de vélo ici. Seulement les véhicules motorisés précisés sur ce panneau ou à proximité.

 

 

Panneau C108 : Fin de la route à accès réglementé.

Les autres usagers peuvent espérer retrouver un itinéraire.

 

 

Panonceau M9v : la prescription donnée par le panneau associé ne s’applique pas aux cyclistes. 

Un sens interdit ? Oui, mais dessous vous trouvez le panonceau vous permettant de vous engager prudemment dans cette voie parce que la prescription ne s’adresse pas à vous.

 

 

Panneau C207 : entrée de la section d’autoroute.

Zut, vous êtes allés trop loin ! Arrêtez-vous sur la bande d’arrêt d’urgence et appelez les secours ! Non, ne faites pas demi tour !

 

 

A noter, cette année, l’apparition de nouveaux panneaux suite à l’arrêté du 12/01/2012 autorisant des cyclistes à aller tout droit ou à droite au feu rouge dans les carrefours équipés de ces panneaux (et seulement ceux-là évidemment !). Nous y reviendrons.

Comme on le voit, le partage des espaces entre usagers est souvent complexe et donne lieu à une multiplication de panneaux. Sans compter, l’apparition de nouveaux moyens de déplacements alternatifs comme le roller, le long skate ou la trottinette en zone urbaine.

Doit-on multiplier les panneaux, les voies ? Ou plus simplement, partager les usagers en deux, les motorisés d’un côté, et les non-motorisés de l’autre. Et qu’en est-il des vélos à assistance électrique qui permettent à tout un chacun de rattraper Usain Bolt (37,58 km/h quand même !).

A suivre !

Pin It on Pinterest

Share This